Microsoft passe la barre des 60 milliards de dollars de chiffres d’affaires

Publié le 17 July 2008

20080718_01Contrairement à ce qui était devenue une habitude, Steve Ballmer n'avait donné aucune indication sur les résultats financiers de l'année close quelques jours plus tôt, lors de la Worldwide Partner Conference qui s'est tenue à Houston la semaine dernière. Et pourtant 2008 restera un excellent millésime avec un chiffre d'affaires de 60,4 milliards de dollars en hausse de 18 % et un bénéfice net de 22,5 milliards de dollars en hausse de 32 %.  

 

L'exercice 2008  restera l'année du lancement des produits Serveurs - Windows Server 2008, SQL Server 2008 et Visual Studio 2008 - et celui qui aura consolidé les premières ventes des produits clients majeurs que sont Office 2007 et Windows Vista. Et surtout, il restera celui à l'issue duquel Bill Gates, 33 ans après la création de l'entreprise, aura pris une retraite anticipée pour se consacrer à fondation. Bill Gates reste néanmoins Chairman. Mais, il y a déjà bien longtemps que le fondateur de Microsoft n'est plus impliqué au quotidien dans les activités de l'entreprise.

 

20080718_02

 

 

Les résultats du 4e trimestre de l'exercice sont dans la même veine, mais ils relativement en deçà des attentes de Wall Street. L'effet ne s'est pas fait attendre : le titre s'échangeait à 26,50 dollars dans les transactions électroniques soit 3,7 % de moins que le cours de clôture à 27,52 dollars. Les marchés financiers sont toujours dans la même logique : il ne faut pas seulement que les résultats soient bons, il faut aussi qu'ils soient conformes à leurs attentes.

 

La montée des produits serveur

 

Les deux « vaches à lait » restent bien les mêmes : ce sont les ventes des systèmes d'exploitation Windows XP mais surtout Windows Vista et celles des produits pour le poste client, tout particulièrement Office 2007. Sachant que l'activité Office et celle des progiciels de gestion (Dynamics et CRM) ont été regroupées dans la division Business (Microsoft Business Division). Il n'est donc plus possible d'avoir le détail entre les deux lignes de produits, qui ont pourtant leur logique propre. Microsoft indique seulement que les produits autour d'Office génèrent plus de 90 % de cette division.

 

L'activité serveur devient désormais très importante puisqu'elle a représentée plus de 13 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en croissance de 18 % par rapport l'exercice précédent. Certes, la profitabilité est plus modeste avec un résultat d'exploitation de 4,6 milliards de dollars à comparer à respectivement 13 et 18,9 pour les divisions Client et Business. L'affirmation selon laquelle Microsoft est seulement présente sur le poste client est désormais totalement caduque. 

 

Côté système d'exploitation pour poste client, Microsoft fait remarquer que la croissance de ventes de ses produits est assez largement corrélée à celle des ventes de PC. Or l'activité PC reste toujours aussi dynamique (voir les chiffres d'IDC pour le second trimestre 2008). Le canal OEM, qui concerne les ventes de systèmes d'exploitation pré-installées, représentent environ 80 % des ventes totales. Vista n'a peut-être pas répondu aux attentes des utilisateurs, mais cela n'a donc pas eu d'impact sur les ventes. Microsoft fait état de 180 millions de licences vendues.

 

Comment faire face à Google ?

 

Du côté consumer, qui concerne principalement les deux divisions Online et EDD (Entertainment and Devices Division), la situation est un peu différente. La division EDD a réalisé une forte croissance de 34 % et dégage pour la première année des bénéfices, certes encore modeste : 426 millions sur 8 milliards de chiffre d'affaires. C'est là un marché hyperconcurrentiel sur lequel Microsoft, après de longues années d'investissement, semble donc commencer à récolter les fruits. 

 

En revanche, la division Online reste un des gros problèmes pour Microsoft. Certes, les ventes ont progressé de 30 %, mais restent encore très modestes par rapport à celles de son principal concurrent, à savoir Google. Par ailleurs, les pertes d'exploitation croissent avec le chiffre d'affaires.

On comprend mieux dans ces conditions l'insistance dont fait preuve Microsoft dans l'acquisition de Yahoo, dans sa totalité ou seulement l'activité moteur de recherche. Il semble que c'est là la seule  voie de salut pour Microsoft s'il souhaite devenir un jour un concurrent sérieux de Google. 

 

20080718_04




Copyright © 2017 ITRnews - All right reserved