Elaborer une stratégie Cloud globale peut apaiser les tensions croissantes entre les équipes métier et informatiques

Publié le 23 March 2012

Au vu du succès des services Cloud publics, les DSI s’inquiètent à juste titre que des équipes d’utilisateurs contournent leurs autorisations et acquièrent eux-mêmes des services Cloud en direct. Une étude de BMC Software et Forrester Research révèle que les tensions s’intensifient entre les dirigeants des entreprises et les équipes informatiques. Cette étude a permis d’analyser les réponses détaillées de 327 architectes et administrateurs d’infrastructure d’entreprise aux Etats-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique.

L’implémentation rapide et économique de logiciels dans le Cloud suscite de fortes attentes des utilisateurs, mais elle génère aussi de fortes pressions pour les services informatiques des entreprises. Les premières conclusions de l’étude permettent de comprendre que les équipes informatiques ont beau vouloir satisfaire les besoins de l’entreprise, les attentes de toujours plus de rapidité et de flexibilité incitent les employés à chercher leur bonheur en dehors de l’entreprise, parmi les offres de services des Cloud publics. Les services informatiques n’ont donc d’autre choix que d’ouvrir leur stratégie Cloud aux services de ces Clouds publics.

En Europe particulièrement, qui compte pour 34 % du total des réponses :
- 73 % des sondés sont d’accord ou tout à fait d’accord avec le fait que leur entreprise considère le Cloud public comme un moyen de contourner leur service informatique.
- 65 % dans la même région à se dire d’accord ou tout à fait d’accord avec le manque de contrôles de sécurité des services Cloud publics.

« Cette étude nous permet de mesurer les difficultés que rencontrent les entreprises et leurs services informatiques pour adapter leurs stratégies informatiques à l’immense succès des offres des Clouds publics », explique Mark Settle, le DSI de BMC. « Nous en déduisons que la nécessité d’un environnement complet unifié est aujourd’hui une priorité absolue pour les entreprises afin de tout connecter, des systèmes mainframe au Cloud. La solution Cloud Lifecycle Management de BMC pose justement les bases d’un tel environnement d’entreprise intégré, apte à supporter n’importe quelle infrastructure dans le Cloud, aujourd’hui et durablement. »


Les dirigeants d’entreprise pourraient voir le Cloud Computing comme un moyen de contourner les services informatiques

Pour 81 % des sondés, l’élaboration d’une stratégie Cloud globale doit être l’une des grandes priorités de l’année à venir mais d’autres résultats de l’étude pointent plusieurs difficultés importantes en chemin. Voici les aspects à considérer :

· Les services informatiques évoluent dans un contexte d’une grande complexité et ceci ne changera probablement pas dans les deux années à venir. 39 % des sondés déclarent avoir au moins cinq pools de serveurs virtuels, et 43 % au moins trois technologies d’hyperviseur. Sans surprise, la réduction des coûts est la priorité numéro 1 des services informatiques pour les douze prochains mois, la simplification étant la stratégie envisagée en premier pour réaliser des économies.

· Les DSI craignent que les dirigeants d’entreprise voient le Cloud Computing comme un moyen de contourner leurs services informatiques. 72% des DSI interrogés se disent d’accord ou tout à fait d’accord avec la crainte que leurs dirigeants considèrent le Cloud comme un moyen de se passer de leurs services. Les services informatiques ont de plus en plus de mal à satisfaire les attentes simultanées de réduction des coûts et de simplification, d’un côté, et de meilleurs services, moins chers et plus rapides, de l’autre côté. Les DSI craignent de plus en plus que le Cloud mette à mal leurs stratégies de simplification et de réduction des coûts.

· En se procurant des services Cloud publics directement, sans passer par les services informatiques, les collaborateurs de l’entreprise ne font qu’aggraver la complexité informatique. 58 % environ des sondés reconnaissent exécuter des charges de travail stratégiques dans le Cloud public non géré, faisant fi des règles, tandis que 36 % disent le faire dans le respect de règles régissant cet usage. Les sondés confirment que le recours direct aux Clouds publics par d’autres équipes que les équipes informatiques aggrave beaucoup les risques et la complexité.

· Les services informatiques reconnaissent tacitement ne pas pouvoir faire cesser ces pratiques de recours aux Clouds publics. 79 % des sondés envisagent d’utiliser les services de Clouds publics non gérés pour leurs charges de travail stratégiques d’ici deux ans, quand seulement 36 % le font déjà. Ceci témoigne de la volonté croissante d’intégrer les services Cloud publics à une stratégie Cloud globale.

· Les services informatiques estiment devoir gérer les services Cloud publics, mais se rendent compte de la difficulté à garantir des niveaux de service élevés. De plus, 71 % des sondés estiment qu’il est de la responsabilité des services informatiques de garantir que les services Cloud publics respectent les exigences strictes de performance, de sécurité et de disponibilité de leur entreprise, et 61 % conviennent qu’il sera très difficile d’offrir les mêmes niveaux de qualité d’encadrement des services Cloud publics et privés.

· L’intérêt croissant pour les stratégies Cloud hybrides légitime la nécessité d’une gestion unifiée. Interrogés sur le type de Cloud qui les intéresse le plus, les sondés recommandent à 37 % les Clouds hybrides exécutés sur une combinaison d’infrastructures internes et externes. Ajoutez à cela l’ubiquité du Cloud public et le haut degré de complexité interne des entreprises et l’on comprend l’urgence d’une approche de gestion unifiée des systèmes.

« Les DSI ressentent les pressions que le Cloud génère en interne et considèrent que la priorité dans l’année à venir doit être donnée à l’élaboration d’une stratégie Cloud globale », prévient Forrester. Cette stratégie doit faciliter l’adoption du Cloud avec une gestion unifiée des services publics et privés, et permettre de réduire la complexité par l’automatisation et d’instaurer suffisamment de transparence pour que la direction de l’entreprise et celle des services informatiques puissent discuter ouvertement des coûts.


Les résultats complets de cette étude, qui s’inscrit dans une étude plus globale intitulée « Delivering on Cloud Expectations », seront communiqués le jeudi 26 avril à l’occasion d’un séminaire Web de BMC. Pour vous y inscrire à l’avance, cliquez ici.


Brother

Copyright © 2014 ITRnews - All right reserved