E-commerce : La fraude identitaire en pleine croissance

Publié le 5 Juin 2014
Le e-commerce français demeure un secteur économique prospère, avec une croissance cinq fois supérieure à celle du commerce traditionnel. En 2013, son chiffre d’affaires s'est élevé à 51,1 milliards d’euros, soit une augmentation de 13,5 % en un an. Ce dynamisme et l’absence de présence physique de la carte bancaire au moment du paiement expose le e-commerce à un risque de fraude inévitable. Depuis 2010, celle-ci a connu de profondes mutations. Elle s’est organisée et structurée, induisant ainsi d’importants préjudices financiers pour les e-commerçants. Certissim nous livre son analyse.


Les adeptes du e-commerce sont de plus en plus nombreux d’année en année. En 2013, le nombre d’internautes et le nombre de e-acheteurs ont crû de 5 % chacun, pour atteindre respectivement 43,2 et 33,7 millions de personnes en France. Par ailleurs, plus de 80 % des e-acheteurs a recours au paiement par carte bancaire pour payer en ligne.

En 2012, le taux de fraude constaté par la Banque de France pour les paiements en ligne, par carte bancaire, était de 0,29 %. Ce taux est naturellement bien inférieur pour les transactions traitées par Certissim. En projetant le taux de la Banque de France sur le marché identifié par la FEVAD, la fraude représenterait près de 150 millions d’euros de fraudes.

En 2013, les professionnels du secteur – e-commerçants, spécialistes de la lutte contre la fraude et autorités ont su réagir et s’adapter pour revenir à un niveau de risque mieux maîtrisé.

Certissim vient de publier un livre blanc dont l'objet est de dresser l’état des lieux de la fraude liée aux paiements dans le e-commerce. En détaillant ses évolutions et ses mécanismes, il donne aux professionnels comme aux particuliers les clés indispensables pour s’en prémunir.

Le Livre Blanc Certissim apporte une vision unique de la fraude dans le e-commerce français. L’édition 2014 met en avant une augmentation et une diversification des méthodes d’usurpation des données personnelles ainsi qu’une généralisation de la fraude sur l’ensemble du territoire.


Les tentatives de fraude s’élèvent à près de 2 Mds d’€ en 2013 contre 1,7 Md d’€ en 2012

La projection des taux de Certissim sur l’ensemble du e-commerce français, soit 51,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires, indique que l’ensemble des tentatives de fraude se chiffrerait a minima à 1,9 milliard d’euros en 2013. Les enjeux financiers sont par conséquent significatifs à l’échelle de l’économie numérique nationale.

Sur le périmètre étudié par Certissim, le taux de tentatives de fraude dans le e-commerce s’est stabilisé à 3,83 % (3,91 % en 2012). Le taux d’impayés frauduleux est en baisse à 0,14 % (0,18 % en 2012)(2) . Le panier moyen des impayés est de 243 €. Si le risque reste important, la fraude dans le e-commerce est mieux maîtrisée.


Fraude identitaire : croissance des usurpations de comptes clients

Certissim et Fia-Net alertent les particuliers et les professionnels sur l’évolution des méthodes de phishing observée en 2013. Les auteurs de phishing ne se contentent plus d’essayer de récupérer des coordonnées bancaires. Désormais, ils cherchent à récolter tous types de données personnelles : état civil, coordonnées (postales, bancaires, téléphoniques), mots de passe, réponses aux questions secrètes, etc. L’objectif pour eux est d’utiliser une identité « propre » et crédible pour commander en ligne.

En cumulant les informations issues de phishing et des réseaux sociaux, les fraudeurs parviennent à prendre possession de comptes clients de e-acheteurs honnêtes connus des e-commerçants. Ces usurpations sont possibles notamment à cause de la négligence des particuliers quant à la sécurisation de leurs mots de passe.

Une fois connecté, les fraudeurs s’approprient le compte client, en modifiant l’adresse e-mail et le numéro de téléphone, et commandent avec des numéros de cartes bancaires volés. En outre, le fraudeur n’est pas inquiété mais le vrai détenteur du compte client doit prouver qu’il n’est pas à l’origine des commandes frauduleuses.


Aucune région française n’est épargnée par la fraude

Certissim dresse un double constat à partir des adresses de livraison des commandes frauduleuses (tentatives de fraude et impayés) :

· Le phénomène de concentration de la fraude en zones urbaines se confirme. Les fraudeurs utilisent des adresses de livraison situées dans les grands centres urbains afin de se fondre dans la masse des commandes en ligne effectuées quotidiennement. Ils disposent alors d’un important marché de revente à proximité de leurs lieux de livraison.

· Les cas de fraudes en zones rurales augmentent. En province, les fraudeurs privilégient la livraison en point relais. Pour ne pas être repérés, ils comptent sur la méconnaissance de leurs procédés de la part d’autorités locales peu confrontées à la fraude.


Retrouvez ici le livre blanc : La fraude dans le e-commerce
Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.
Les 10 derniers articles
Les 10 derniers articles
Services
Service 1 ITRnewsService ITRnews TECH DATA
Top 10Top 10 du jourTop 10 de la semaineTop 10 du mois
 La vidéo du moment
FlashITRmobilesITRgamesITchannel
Commentaires